Les linteaux les poutres

Claude PRECHEUR

La poutre en béton armé remplace le mur de refend afin d’économiser de la place tout en supportant le plancher. C’est pourquoi son exécution doit être soignée. Elle peut prendre appui sur les murs (façades, refends) ou sur des poteaux en béton. Pour plus de renseignements concernant son coffrage et son ferraillage vous pouvez vous reporter sur le chapitre béton armé.

Dans un pavillon, nous pouvons trouver plusieurs sortes de poutres :
- La poutre béton avec retombée : La plus commune des poutres. Sa section dont la hauteur doit impérativement être plus importante que la dalle, une retombée est nécessaire, cette partie se trouve sous le plafond.
- La poutre BA noyée : Poutre dont la hauteur est égale à l’épaisseur de la dalle. Aucune retombée n’est nécessaire. Exemple chevêtre pour trémie d’escalier.
- La poutre avec rehausse : Elle est nécessaire lorsque la hauteur de poutre est plus grande que l’épaisseur de la dalle et qu’aucune retombée doit être présente sous le plafond. Le complément de hauteur de poutre se retrouve donc sur le plancher haut sous un mur.

Ferraillage

Les aciers principaux sont placés dans les parties tendues c’est-à-dire en partie basse (diamètre 12 mini) disposés en 1 ou 2 lits.
Le 1er lit est prolongé sur les appuis, le 2ème lit est d’une longueur égale à la portée moins 2 X le 1/8ème de la portée.
Souvent les poutres ont pour rôle de porter les poutrelles, dans ce cas, des barres de renfort diamètre 10 sont placées à hauteur du plancher inférieur.
Les cadres et étriers sont plus rapprochés vers les appuis. Des chapeaux (en partie haute) sont disposés sur les appuis 1/5ème de la portée pour les chapeaux de rive, 1/4 de la portée pour les chapeaux intermédiaires.

Bétonnage

Le bétonnage classique 350kg/m3, l’enrobage est de 2,5 à 3 cm est obtenu à l’aide de distancier Le béton est vibré à l’aiguille vibrante pour obtenir un béton compact et résistant.

Coffrage d’une poutre

Les moyens utilisés pour coffrer les linteaux peuvent être utilisés pour les poutres de faibles hauteurs et le petites portées <3,00m.

Le linteau est une poutre de petite portée surplombant une ouverture (fenêtre, porte…) pour soutenir la maçonnerie. Il doit reposer sur les appuis et avoir une hauteur minimale du 10ème de sa portée.

Pour coffrer un linteau, il faut :
- Un fond de moule égal à la longueur de l’ouverture moins 1cm (pour faciliter le décoffrage) et d’épaisseur 2,7cm (soit d’une planche de coffrage).
- Deux étais pour une ouverture de 1 mètre.
- Un linteau préfabriqué en acier d’une longueur de l’ouverture plus 2 fois 20 cm minimum pour les appuis de chaque côté.
- Deux panneaux en bois d’une longueur suffisante pour prendre les deux agglos extérieurs et d’une hauteur minimale équivalente au-dessous du fond de moule et au-dessus de l’agglo.
- Cinq serre-joints bien répartis.
- Deux taquets en bois de la largeur de l’agglo (à enlever après coulage). Pour coffrer un linteau en arrondi, c’est le même principe, mais le fond de moule doit avoir la forme du cintre. Le coffrage peut être en bois avec du contre plaqué cintré ou en polystyrène. Le ferraillage et le bétonnage se réalisent comme la poutre.


Guide de Maçonnerie, en TÉLÉCHARGEMENT
Cours de Maçonnerie, CAP, BP et BAC PRO, en TÉLÉCHARGEMENT
Le Guide de la Maçonnerie DELUXE