Les arases chaînage pignon

Claude PRECHEUR

Les arases

Les arases sont des ouvrages servant à mettre à une hauteur définie, un mur, un pignon, etc...

Cette arase peut être en béton armé comprenant un chaînage, ou en mortier quand elle est de faible épaisseur et n’a pas de fonction de chaînage. (exemple mettre à hauteur un mur pour recevoir un plancher.

Les chaînages

Le chaînage horizontal est en béton armé, et se situe sur le mur, au droit des planchers et au couronnement des murs, de façade, pignons, refends. Ou en renfort, sur un mur de grande hauteur.
Les chaînages horizontaux doivent, dans tous les cas, être continus. L’ensemble que constitue les chaînages horizontaux et verticaux est le squelette, l’ossature de la construction.
Ils peuvent être coffrés ou coulés dans un agglo en forme de U. Ils sont solidarisés avec les murs de parpaing et linteaux. Pour éviter tout problème de fissuration et de bonne adhérence aux enduits lors d’un chaînage coffré, il est préférable de disposer une planelle de même matériaux que les murs de façade.

Leurs rôles principaux sont :
1. Résister aux efforts de traction,
2. Contribuer à la stabilité du bâtiment,
3. Réduire les risques de fissuration.
4. Les armatures les plus courantes pour les chaînages sont :
- CH 2 filants diamètre 10 voir 12 HA et étriers diamètre 4, 5, 6 espacement 40cm.
- V renversé 3 filants diamètre 8 HA et cadres diamètre 4,5 espacement 40cm.

La continuité des armatures se fait avec des recouvrements de 40 à 50 fois le diamètre et par 3 équerres dans les angles de 2 X 40cm minimum. ( voir ferraillage d’angle dans finitions)

Dans l’exemple ci-dessous, pliez les fers d’attente, une à droite l’autre à gauche, installez deux barres de 10 en faisant des équerres de 50cm pour la liaison des murs en retour. Coffrez, comme si l’arase était de niveau. Vous pouvez percer les alvéoles des agglos pour passer les serre-joints. Repérez les hauteurs par rapport à la ligne bleue du 1m fini, reportez là sur le coffrage, matérialisez là d’un trait bleu, puis mettez des pointes tous les 50cm ( sans les enfoncer entièrement.) car au coulage ce trait risque de disparaître.

Les pignons

Une fois les arases et chaînages réalisées, en fin d’élévation, on pratique au montage du pignon.

Les parpaings sont montés en rampant suivant la pente désirée. Pour cela il suffit de relever les cotes voulues d’après les fermettes (au niveau des deux bases et en faîtage), puis de positionner une planche (A) parfaitement à l’aplomb, à l’axe de la façade et deux de chaque côté (B & C) sur les deux murs perpendiculaires au pignon, de tendre un cordeau qui partira de B passant par la pointe préalablement clouée sur le dessus une planche A et redescendra jusqu’au point C. Ce cordeau sera notre repère et indiquera la hauteur finie du pignon. On montera les parpaings jusqu’à la ficelle moins la hauteur du béton armé. L’épaisseur de ce chaînage appelé Chaînage en rampant doit toujours être supérieure à 7cm , être ferraillée en reprenant le ferraillage des chaînages verticaux. Puis une fermette sera installée contre le pignon en construction, coffrer la partie extérieure, avec des planches, au même niveau que la fermette, et ferrailler et couler l’arase avec un béton assez ferme et bien tassé, puis talocher.

Exemple : réalisation d’un mur de clôture en agglos suivant une pente (parallèle à un chemin). Le mur sera constitué de 5 rangs d’agglos de 20 et l’arase suivra cette pente. Les parpaings seront donc montés horizontalement. Pour le dernier rang, il faudra couper les agglos comme si vous faisiez un pignon. Tendez un cordeau a hauteur fini puis taillez les agglos en laissant suffisamment de place pour l’arase.

Pour le ferraillage repliez les chaînages verticaux comme indiqué ci-dessus puis placez un chaînage 2 barres sur les agglos.