Les armatures d’élévation

Claude PRECHEUR

armatures poteau

Le poteau sera dessiné en élévation et en coupe. Sur le plan de ferraillage sera indiqué tous les aciers constituant le poteau (attentes, barres longitudinales, cadres, étriers, épingles...)
Chaque éléments sera défini par :

  • un repère N° de référence ;
  • la nuance de l’acier ;
  • le diamètre en millimètre ;
  • l’espacement entre chaque acier ;
  • la longueur développée ;
  • la représentation graphique cotée du façonnage.
SIMPLIFICATION DE REPRÉSENTATION

Pour rendre les plans de ferraillage plus lisibles, les armatures qui se répètent à intervalles réguliers ne sont pas toutes représentées : c’est le cas pour les armatures transversales des poteaux et des poutres, ainsi que pour les semelles de fondation et les dalles et planchers.
Armatures transversales des poteaux : dans les poteaux, les cadres et les épingles sont à espacement constant : seuls les premiers et les derniers seront représentés et la ligne de cote de position des cadres (rep. 2 et 3 de l’exemple) porteront le N°.

Plan d’armature d’un poteau

La désignation des aciers peut être portée de deux façons différentes :

  • Soit sur un trait fin suivi de une ou plusieurs flèches désignant les aciers ;
  • Soit en ne portant sur le dessin que le numéro d’ordre de l’acier indiqué dans un
    cercle avec une flèche le désignant, et en reprenant la nomenclature des aciers sous forme de tableau.

Armature de poutre

  • Les aciers principaux sont placés dans les parties tendues, c’est-à-dire en bas disposées
    en 1 ou 2 lits. Le 1 er lit est prolongé sur les appuis. Le 2 ème est de longueur égale
    au 1/8 ème de la portée.
    Souvent les poutres ont pour rôle de porter les poutrelles, dans ce cas des barres de
    renfort sont placées à hauteur du plancher inférieur. Les cadres et les étriers sont plus rapprochés vers les appuis. Des chapeaux (en partie haute) sont disposés sur les appuis. La longueur de ces chapeaux est équivalente la portée en chapeaux de rive, et au 1/4 de la portée en chapeau sur un pilier.
  • Armatures transversales des poutres sont constituées de cadres, d’étriers et d’épingles ; ils ne sont pas placés à une intervalle constant. En effet, ils sont serrés à l’approche des appuis, ces intervalles s’élargissent ensuite. Ces écartements sont déterminés par calcul.

Ainsi les espacements seront cotés :

  • en précisant l’implantation du premier cadre par rapport à l’appui de la poutre (ici 5 cm),
  • en donnant ensuite le nombre et la valeur des espaces identiques (3 espaces de 10 cm, 3 de 15,
  • en utilisant la symétrie pour simplifier.
  • Ensuite le nombre total des cadres, étriers et épingles sera porté soit sur la coupe transversale. Exemple dans le coupe BB n°6 (24 cad HA6 L=1,35) le 24 indique le nombre de cadres, soit dans le tableau récapitulatif.


    Coupe longitudinale d’une poutre
    Coupe transversales D et B de la poutre

    Une ou deux coupes transversales seront nécessaires pour la bonne compréhension du ferraillage. Et pour pouvoir indiquer toutes les armatures.



    Dans les murs banchés, le treillis soudé est le ferraillage le plus utilisé. Mais tous les aciers de renfort ou chaînage, linteaux etc. seront représentés.

    PASSONS AUX ÉVALUATIONS