Les cintres

Claude PRECHEUR

Pour les coffrages en arc ou cintrés, nous vous conseillons de tracer une épure. Celle-ci vous guidera dans la prise des mesures.
Ensuite il vous suffira de tracer les planches à découper à la scie sauteuse. Entre ces planches ou sur les planches, viendront les lattes parfaitement découpées à la bonne dimension, celles-ci recevront le contreplaqué cintrable ou de 5 mm préalablement trempé dans l’eau (une bonne heure).

Les linteaux

Les plein cintre

Le plein cintre est demi-cercle.

L’épure

Pour votre épure, vous obtenez deux rayons. Le rayon fin et le rayon brut. Celui-ci est calculé en enlevant du rayon fini, l’épaisseur du contreplaqué et l’épaisseur des lattes, si celles-ci se posent au dessus des planches comme sur ce modèle.

Le traçage

Pour une grande précision, le traçage de l’arc de cercle s’effectuera à l’aide d’une latte et de deux pointes. Une pour le centre et l’autre pour le traçage.
Le traçage à la ficelle n’est pas recommandé.

La découpe

La découpe se réalise à la scie sauteuse avec la lame adaptée.

La mise en place des lattes

Les lattes seront posées tous les 7 cm environ pour un contreplaqué de 5 mm .

La pose du contreplaqué

Le clouage du contreplaqué humide s’effectue lentement afin d’avoir un cintre régulier. Il est conseillé de ne pas forcer sur celui-ci car il peut casser facilement. Des petites pointes 30 à 35 mm feront l’affaire.


coffrage en forme d’un arc surbaissé

L’arc surbaissé

L’arc surbaissé se trace comme suit. Nous connaissons la portée AB et la montée CD. Tracer AD et BD puis prendre les médiatrices de AD et BD ce qui nous donne le centre de l’arc.

Ci dessous un exemple de coffrage arc surbaissé de portée 1,20 m et une montée de 15 cm. L’avantage de ce coffrage c’est qu’il sera réutilisable.


Le traçage

Il peut être réalisé à l’aide d’une et d’un clou.

La découpe

Après le traçage, la découpe des deux joues en contreplaqué de 15 mm avec une scie sauteuse.



La préparation du coffrage

Le coffrage, comprend une caisse avec un relevé de 10 cm qui permettra le réglage de niveau.
Le fond de moule est composé d’une planche de 20, d’une longueur de 1,20 m, munie de 2 latte de 1,17 et clouée à 1,5 cm du bord des arêtes pour laisser l’emplacement des joues de contreplaqué de 15 mm . Sur ce fond de moule, les 2 abouts de dimension 10 cm x 17 cm sont vissés aux lattes.

Fixation des joues

Les joues peuvent être coffrées de plusieurs manières, ici nous avons opté pour du contreplaqué raidi par des chevrons. Ce qui permettra de réutiliser le coffrage plusieurs fois.

Pose des lattes

Les lattes sont découpées de la largeur du linteau moins deux épaisseurs de contreplaqué de 15 mm soit 17cm. Elles sont positionnées tous les 7 cm environ et clouées ou vissées aux joues. Elles servent de raidisseurs au contreplaqué supérieur de 5 mm .

Le fond du coffrage

Après avoir découpé une bande de contreplaqué de 5 m suffisamment longue, et trempée dans l’eau, nous pointons sur l’ossature cette peau coffrante à l’aide de pointe de 30 sur les joues latérales. Après avoir huilé les faces, votre fond de coffrage est prêt à être installé.

Pose du coffrage

Poser et régler le coffrage à la hauteur voulue. Cette hauteur sous linteau sera la base de l’arrondi du fond de coffrage. Nota : laisser une petite marge de 5 mm de chaque côté des tableaux combler en silicone afin de pouvoir décoffrer facilement

Les panneaux extérieurs

Coffrer les joues extérieures comme pour un linteau traditionnel, ferrailler et couler le béton.

Le résultat final

Nous pouvons également le réaliser en polystyrène, mais c’est moins bien fini et ce coffrage n’est pas réutilisable.


Les arases arrondies

Arase en courbe

Les coffrages en négatifs se fabriquent de la même façon que les linteaux mais à la différence que le coffrage se trouve à l’extérieur et non plus à l’intérieur.
Ici le coffrage est constitué de planche de chevrons et d’un contreplaqué cintrable de 7mm.

Pour cette arase arrondie, nous utiliserons également un négatif que nous placerons dans le coffrage du voile. Sa réalisation s’effectue en un traçage précis des planches accolées puis découpées et assemblées. Des lattes viennent renforcer le contreplaqué de 5 mm.



Les parties de murs courbes

Dans ce genre d’ouvrage, c’est le traçage qui importe le plus, une fois que vous avez compris ce traçage et les découpes, le reste du coffrage est identique à un autre.
Voici un exemple d’une liaison de deux murs perpendiculaires de 20 cm avec quart de cercle de 1,20 m de rayon intérieur.
Comment tracer en pensant à augmenter les épaisseurs ou à les déduire.