Maison parasismique

Claude PRECHEUR

Vous, particuliers ou ouvriers du BTP, vous saurez comment contrôler et réaliser la maçonnerie en construction parasismique.

Cette série de fiches techniques est la vulgarisation des normes parasismiques qui sont réservées aux professionnel avertis, l’outil indispensable.

Vous trouverez sur ces fiches les principes de base « qu’il faut absolument savoir » dans la simplicité et la pédagogie. Le béton armé, le ferraillage, poteaux, poutres, planchers chaînages. L’implantation, les formes, les fondations, les maçonneries diverses et les réglementations.

Quelques croquis et dessins valent bien mieux que de grandes phrases compliquées à comprendre.

En effet, une nouvelle carte de France du zonage sismique a été publiée et de nouvelles règles de construction parasismique applicables aux bâtiments entreront en vigueur au 1er mai 2011.

Le zonage réglementaire définit cinq zones de sismicité croissante basées sur un découpage communal. La zone 5, regroupant les îles antillaises, correspond au niveau d’aléa le plus élevé du territoire national. La métropole et les autres DOM présentent quatre zones sismiques, de la zone 1 de très faible sismicité (bassin aquitain, bassin parisien...) à la zone 4 de sismicité moyenne (fossé rhénan, massifs alpin et pyrénéen).

En zone sismique, les trois points fondamentaux sont :
1. Prévenir (Implantation)
2. Concevoir
3. Réaliser

La construction parasismique pour le neuf repose sur ces trois facteurs essentiels :
Concernant l’implantation, une étude géotechnique est fortement conseillé, connaître les caractéristiques du terrain aidera ainsi à prévenir tout risque d’éboulements ou de glissements de terrain, le tout en tenant compte de la nature du sol.

Côté conception, il est recommandé de respecter des formes simples, qui privilégient la compacité du bâtiment et limitent les décrochements en plan et en élévation, et de fractionner le bâtiment en blocs homogènes par des joints parasismiques continus. De plus, les effets de torsion doivent être le plus possible évités, qui laissera place à une distribution équilibrée des masses et des raideurs (murs, poteaux, voiles…).

La conception devra également assurer la reprise des efforts sismiques, en veillant au contreventement horizontal et vertical de la structure, à la superposition des éléments de contreventement, à la création de diaphragmes rigides à tous les niveaux.

Enfin, dernière règle et pas des moindres : appliquer les règles de la construction. La mise en œuvre doit évidemment être soignée, notamment au niveau des éléments de connexion, tandis qu’une attention particulière doit être portée sur la qualité de main d’œuvre et sur le suivi rigoureux du chantier. Enfin, les matériaux utilisés devront être normés et de qualité (béton, maçonnerie, métal, bois).

Le Guide de la Maçonnerie DELUXE