Les conduits de cheminées et souches

Claude PRECHEUR

La terminologie
Conduits en boisseaux de terre cuite

Les boisseaux de terre cuite peuvent être alvéolés ou à parois pleines.
Ils sont régis par la norme NF P 51-311 "Boisseaux de terre cuite pour conduits de fumée individuels". Cette norme prévoit en particulier un essai de résistance au choc thermique et un essai de résistance aux agents corrosifs.

L’essai de choc thermique prévoit une montée en température jusqu’à 500°C. Dans le cas des boisseaux utilisés en raccordement entre un foyer fermé ou un insert, la température d’essai est portée à 700°C.

Pour le raccordement à des chaudières basses températures (à haut rendement ou à condensation) dont la température des produits de combustion est inférieure à 250°C, il existe des boisseaux répondant à des exigences particulières et qui font l’objet d’un avis technique.

Les éléments soumis au ruissellement, des condensations et à la vapeur d’eau contenue dans les gaz de combustion, reçoivent un traitement spécifique sur leur face interne afin de les rendre étanches.

Quelques recommandations de mise en œuvre

Suivant la nature du foyer, la construction des conduits de fumée est régie par les NF-DTU et arrêtés suivants :

  • NF - DTU 24.1 " Travaux de fumisterie "
  • NF - DTU 24.2.1 " Cahier des clauses techniques applicables aux cheminées à foyer ouvert équipées ou non d’un récupérateur de chaleur utilisant exclusivement le bois comme combustible ".
  • NF - DTU 24.2.2 " Cahier des clauses techniques applicables aux cheminées équipées d’un foyer fermé ou d’un insert utilisant exclusivement le bois comme combustible ".
  • NF - DTU 24.2.3 " Cahier des clauses techniques applicables aux cheminées équipées d’un foyer fermé ou d’un insert conçu pour utiliser les combustibles minéraux solides et le bois comme combustibles ".
  • Arrêté du 22 octobre 1969, Arrêté du 2 août 1977, modifié par les arrêtés du 23 novembre 1992, du 28 octobre 1993 et du 18 septembre 1995.

Quelques points importants

  • Sens du montage : Lors du montage, l’emboîtement mâle doit être dirigé vers le bas. L’étanchéité aux gaz est assurée par le joint et les condensations n’ont pas tendance à ressortir par capillarité à travers ce dernier.
  • Tracé : Les conduits de fumée doivent être verticaux. Toutefois, des dévoiements peuvent être admis dans les constructions anciennes en cas de réfection complète de conduits et dans les maisons individuelles ayant moins de 2 étages (R + 1). Dans ces deux cas :
    • Un conduit ne doit pas comporter plus de deux dévoiements (c’est-à-dire plus d’une partie non verticale) ;
    • L’angle de ces dévoiements avec la verticale ne doit pas excéder 20° ; toutefois pour des conduits de moins de 5 m de haut cet angle peut être supérieur à 20° mais sans excéder 45°.
  • Conduits adossés ou accolés : Un conduit adossé est autoporteur, et n’est pas lié sur toute sa hauteur à l’ouvrage adjac[...]
    ...Il y a une suite !
Pour lire la suite de l'article, devenez Membre
  • Ainsi vous découvrirez :
  • Quelques recommandations de mise en œuvre
  • Quelques points importants
  • Et de nombreuses illustrations haute-définition :
  • Quelques notions générales
  • La terminologie
  • Conduits en boisseaux de terre cuite
  • Conduit de cheminée
  • La mise en œuvre d’une conduite de cheminé et l’étanchéité
  • Comble traversée par une conduite de cheminée


  • mais aussi le téléchargement de ce guide au format PDF, les vidéos de formations exclusives, les outils de calculs, etc. etc.

Pour devenir Membre, il suffit d’acquérir un de nos guides ou un de nos packs en fonction du type de travaux que vous souhaitez réaliser :

Les guides ABC-MAÇONNERIE