Les blocs coffrant

Claude PRECHEUR

Les agglos coffrant ou blocs à bancher

Utilisés lorsque les murs sont soumis à des efforts importants, les blocs à bancher servent de coffrage au béton coulé en oeuvre, ils peuvent être montés à sec (sans mortier). Ils permettent également la réalisation de murs porteurs extérieurs et intérieurs dans les constructions traditionnelles.

Les blocs à bancher sont constitués de deux parois extérieures en béton de granulats courants ou légers, reliées entre elles par deux ou trois entretoises. Leur disposition forme à l’empilage, des alvéoles perpendiculaires au plan de pose, qui constituent des coffrages et permettent donc de remplacer les banches traditionnelles. La distribution des parois et des entretoises d’un bloc à bancher permet de distinguer les différents modèles. Le béton à l’intérieur est complètement relié.

Les structures et les formes dépendent essentiellement des fabricants qui intègrent ou non, au moment de la conception du produit :

Les blocs à bancher à maçonner sont considérés comme des produits traditionnels. Leurs caractéristiques physiques répondent aux spécifications générales concernant les blocs en béton sauf, bien entendu, en ce qui concerne le voile de pose et les formes d’about.


Posés à sec (sans mortier)


Le montage à sec de ces blocs permet alors de diminuer considérablement les temps d’assemblage. Ce bloc de coffrage présente la particularité d’être calibré par un procédé assurant un empilage précis permettant son montage à sec, pouvant être constitué par un béton de granulats courants ou légers, il est destiné à la réalisation de mur par empilage et remplissage des vides à l’aide de béton.

On utilise ces blocs pour la fabrication de murs porteurs extérieurs et intérieurs, enduits, murs de soubassement, descentes de garages, murs de réservoirs, de silos, murs de sous-sol enterré. La maçonnerie de blocs coffrant remplace le mur béton, en un peu moins résistant mais reste plus solide qu’une élévation d’agglos traditionnelle. Elle économise le coffrage deux faces et tous les inconvénients de ce travail, et le mortier de montage car il se pose à sec. Il a l’avantage de pouvoir être enduit sans grandes difficultés.

L’implantation du ferraillage de départ (attentes de fondation) et la planéité des semelles sont très importantes car ils conditionnent la bonne mise en place des premiers rangs (aplomb et alignement). Nous préconisons la pose du premier rang sur un lit de mortier afin d’avoir une base de mur plan et de niveau. Ce qui conditionnera un mur sans décalage en élévation.

Il est très utile de prévoir des petites cales pour ces réglages. Le premier rang est le plus long à maçonner car il se peut que les ferrailles d’attente gênent le positionnement du bloc. Il suffira de se munir d’une griffe à ferrailler pour plier le fer vers l’intérieur des alvéoles.

Le bloc à bancher se coupe également afin de croiser les agglos comme une maçonnerie classique.

Les aciers sont en général verticaux, du HA de 8 ou 10 que l’on glisse une fois le mur monté, Et horizontaux, du HA de 6 ou 8 que l’on pose à chaque rang dans l’encoche prévue à cet effet. Si vous avez des angles, il faut prévoir des équerres. Le coulage peut se faire en une ou plusieurs fois suivant les hauteurs de mur.


Mode opératoire

1. Placez vos aciers aux cordeaux (voir fondations semelles) et tracez vos murs sur le béton de la semelle à la ligne bleue.
2. Posez votre premier bloc coffrant par rapport au traçage, à chaque extrémité. Posez vos blocs au cordeau (voir maçonnerie d’agglos), il sera certainement obligatoire de déplacer quelques fers, à savoir que les deux premiers rangs sont les plus difficiles à placer. Pour la facilité et la régularité du mur, maçonnez les blocs du premier rang, au mortier, puis pour les rangs supérieurs, avec de petites cales (bois pointes etc...) pour les aligner (voir photo ci-dessus).
3. Une fois le rang posé, mettez vos ferrailles de 6 ou 8 horizontales et faites des équerres dans les angles afin de relier les murs.
4. Montez le mur jusqu’à 1,40 m environ, préparez vos barres verticales et calez les angles et les abouts afin de ne pas avoir de poussées de béton ce qui entraînerait des faux aplombs.
5. Ensuite vous pouvez couler.