Chainages

Claude PRECHEUR

Les ouvrages en béton armé

Dans la maçonnerie de blocs, les chaînages verticaux, horizontaux et en rampant forment l’ossature de la construction. Il ne faut surtout pas négliger ces ouvrages.

Chaînages verticaux

Les chaînages verticaux sont des poteaux de petites tailles incorporés à l’intérieur des éléments de blocs ciment ou briques. Ils forment avec les chaînages horizontaux et en rampant, l’ossature de la maçonnerie. Le ferraillage est le même que les chaînages horizontaux, soit triangulaire, soit deux barres de diamètre mini de dix voire même quatre barres dans certaines zones sismiques. Ils sont obligatoires à chaque angle saillant et rentrant d’une construction.

Dans une maçonnerie de blocs, veiller à nettoyer la base de l’agglo d’angle, préalablement cassé, afin de pouvoir dégager les aciers en attente, car l’accumulation de mortier de montage au pied du chaînage serait un point faible et une rupture de bétonnage ce qui fragilisera l’ossature.


Une fois la maçonnerie élevée

  • Casser la base des agglos d’angle (chaînage vertical) - zone indiquée en rouge.
  • Nettoyer ensuite le mortier accumulé dans le trou lors du montage.
  • Une fois la zone propre et nettoyée, ferrailler (recouvrement 50 X le diamètre).
  • Coffrer (2 planches, 1 embout et 1 serre-joint), couler (béton plastique) et vibrer en remuant les fers.
  • Le lendemain décoffrer.



Mettre deux barres de 10 par raidisseur (longueur de la hauteur maçonnerie + 50 cm) arroser avant de couler (béton de consistance plastique).


Chaînages horizontaux


Les chaînages horizontaux sont en béton armé, et sont situés sur le mur, au droit des planchers et au couronnement des murs de façade, pignons, refends. En renfort, sur un mur de grande hauteur. Les chaînages horizontaux doivent, dans tous les cas, être continus. Ils sont avec les chaînages verticaux le squelette de la construction. Ils peuvent être coffrés ou coulés dans un agglo en U. Ils sont solidarisés avec la maçonnerie d’agglos et linteaux. Pour éviter tout problème de fissuration et de bonne adhérence aux enduits lors d’un chaînage coffré, il est préférable de disposer une planelle d’agglo en extérieur.

Leurs rôles principaux est :

  • de résister aux efforts de traction,
  • de contribuer à la stabilité du bâtiment,
  • de réduire les risques de fissuration.

Les armatures les plus courantes pour les chaînages sont :

  • CH 2 filants diamètre 10 voir 12 HA et étriers diamètre 4,5 espacement 40 cm.
  • V renversé 3 filants diamètre 8 HA et cadres diamètre 4,5 espacement 40 cm.
  • voire même 4 barres dans certaines zones sismiques.


À Savoir ! La continuité des armatures se fait avec des recouvrements de 40 à 50 fois le diamètre et par des équerres dans les angles de 2 X 40 cm minimum.


Les chaînages rampant

Les arases


Les arases sont des ouvrages servant à mettre à une hauteur définie, murs pignons, etc... Elles peuvent être en béton armé comprenant un chaînage, ou en mortier quand elle est de faible épaisseur et n’a de fonction de chaînage.

Pour le coffrage d’une arase en pente, suivons l’exemple de la réalisation d’un mur de clôture en agglos suivant une pente (parallèle à un chemin). Le mur sera constitué de 5 rangs d’agglos de 20 et l’arase suivra cette pente.


Les agglos seront donc montés horizontalement. Pour le dernier rang, il faudra couper les agglos comme si vous faisiez un pignon. Tendez un cordeau à hauteur fini puis taillez les agglos en laissant suffisamment de place pour l’arase. Pour le ferraillage repliez les chaînages verticaux puis placez un chaînage 2 barres sur les agglos. Ces schémas peut être utilisé pour une pente de pignon.



Voir la mise en pratique