Astuces et mise en oeuvre

Claude PRECHEUR

Les amorces

Ce sont les maçonneries de départ exécutées à chaque extrémité d’un alignement avant de bâtir le plein mur. Elle est élevée jusqu’à 1,20 m au dessus du sol à la hauteur de l’arase générale si c’est un mur de sous bassement. Cette hauteur est donnée par le cordeau supérieur de la broche. On monte donc en hauteur avant de faire la longueur suivant deux procédés qui sont :

  • Le desharpement : Il consiste à réaliser des assises en gradins facile à liaisonner ensuite avec le plein mur. La longueur des amorces déharpées varie avec celles des moellons qu’on utilise. La pente du dégradé est de 45° environ pour la pierre courante et réduite à 1/2 s’il s’agit de moellon très plat. (1)
  • Le Harpement : Il consiste à lancer des harpes, c’est à dire à laisser les moellons en bascule, une assise sur deux, et alternés de préférence tantôt à gauche tantôt à droite. La reprise, le raccordement du plein mur est moins commode qu’avec le dégradé, car d’une part les harpes sont mal assises et d’autre part il y a la difficulté de bourrer le joint en sous oeuvre dans la partie raccordée. Il est donc préférable de pratiquer le desharpement chaque fois que l’arase générale n’est pas trop haute. (2)

Ensuite, il s’agira de prévoir le raccordement traditionnel des refends avec les murs périphériques lorsque leur construction simultanée n’est pas possible et on peut procéder de deux manières qui sont :

  • Arrachements : On réserve des arrachements dans le plein mur d’enceinte. Cela consiste à laisser des vides, une assise sur deux à l’emplacement du départ du mur de refend. Ces creux, d’une profondeur de 20 cm, feront la largeur du mur à raccorder, si l’on dispose de pierres assez longues pour leur servir de linteaux. Si le refend est prévu en briques ou agglos la hauteur devra correspondre à leurs dimensions + 2 cm pour les joints. Cette technique ne donne pas de très bons résultats lors du raccordement pour les mêmes raisons invoquées au chapitre. (bourrage des joints) (1)
  • Les Harpes en attente : Il consiste à lancer des harpes en bascule dès la première assise puis une assise sur deux en direction du refend. Pour faciliter la liaison il faut maçonner une harpe à droite et une à gauche alternativement. Ces harpes doivent pénétrer dans le plein mur sur les 2/3 de sa longueur. Il faudra absolument plomber les parements de ces moellons et les dégauchir suivant le tracé du refend. On choisira donc les harpes parmi le plus longs moellons.

Les têtes de mur

  • Mur courant de 40 à 60 cm de largeur : Les têtes de mur isolées, comportent deux angles saillants qui peuvent être d’équerre ou non. Ils constituent les têtes de mur ou les tableaux d’une baie. La disposition des moellons varie suivant l’épaisseur du mur. Dans le cas d’un mur courant de 40 à 60 cm le premier moellon de la première assise comme toutes les assises de rang impair devra être un parpaing appelé "pied-droit" avec ses parements de retour à peu près d’équerre. Les lits de pose devront également être d’équerre pour éviter le basculement des pierres de l’assise suivante, dénommés "harpes". Celles-ci auront leur parement en retour égal à la moitié de l’épaisseur du mur environ pour assurer la bonne stabilité de la tête de mur.

ATTENTION ! Interdiction de placer des carreaux dans les angles saillants.

  • Mur de plus de 60 centimètres de largeur : Variante d’un mur massif.

Angles saillants et rentrants

Il s’agit en somme d’exécuter la tête d’angle d’un mur qui se retourne en deux sens perpendiculaires ou non et le montage des angles extérieurs (saillants) et intérieurs (rentrants) de cette tête de mur, exige l’application des règles spéciales du fait des efforts particuliers qui la sollicitent.

  • Angle rentrant : Le moellon n°1 est choisi de fort échantillon avec un long parement et une queue assez longue. Le n°2 posé pour former le retour d’angle ne doit jamais être plus haut que le premier pour que l’assise suivante soit obtenue sans calage.
  • Angle saillant : On poursuit par l’angle saillant en commençant par le pied droit n°3 long parement parallèle au n°2. Pour la même raison le moellon n°4 aura la même hauteur que le pied droit n°3. Pour les assises suivantes, on utilise des moellons à peu près identiques mais qui croisent afin que les joints verticaux et joints de queue soient coupés. C’est ce qu’on appelle monter les angles en "besace" et l’on bâtit ainsi les "chaînes d’angle".

ATTENTION ! Il faut absolument respecter l’horizontalité des lits d’attente pour les moellons formant les angles.

Piliers en moellons bruts

C’est une maçonnerie assez difficile à exécuter du fait qu’ils comportent plusieurs angles saillants et rentrants et 3 à 4 parements vus. Cela implique le choix de moellons de queue offrant deux faces pouvant servir de parements et des lits de pose le plus plat possible et des surfaces supérieures à celle du plus grands des parements.

ATTENTION ! L’emploi des carreaux ou des pierres posées de chant est formellement interdit.

Une pose soignée où chaque moellon est plombé, dégauchi, et liaisonné en profondeur, car il ne faut pas faire un pilier creux. Aussi chaque assise est arasée à peu près de niveau sans garnis et en croisant les pierres de remplissage.

À SAVOIR ! On utilisera un mortier riche et résistant.

Arc de décharge


Quoi qu’il soit très peu utilisé de nos jours l’arc de décharge sert à reporter les charges sur les jambages. Le choix des moellons d’épaisseur régulière ou presque ne subissant aucun démaigrissement est nécessaire car c’est le mortier qui compense la variation d’épaisseur du joint. La direction des lits rayonne vers le centre de l’arc, et la ligne d’intrados doit avoir une bonne arase en mortier plus riche.

À SAVOIR ! Cet arc peut être dissimulé sous un enduit.


Maçonnerie de pierres à sec

Il s’agit de murs où les pierres sont montées sans mortier. Ces murs sont peu élevés réalisés avec des moellons bien lités (assez plat et plan), que l’on superpose en assises plus ou moins régulières, tout en observant les règles de liaisonnement et de stabilité. Il est préférable toutefois de monter les angles et têtes de mur au mortier. La largeur de ce genre de mur doit être supérieur à 30 cm si l’on veut une bonne cohérence et une bonne assise.