Le ferraillage

Claude PRECHEUR

Le calcul des aciers dans une construction, est un métier réservé aux ingénieurs béton et aux bureaux d’études. C’est pourquoi nous ne développeront pas ce sujet, je vous présenterai uniquement la base à connaître. Aujourd’hui, d’après l’étude béton armé, toutes les armatures arrivent toutes prêtes sur le chantier. Il suffit de veiller, a ce qu’elles soient bien stockées (pas directement sur la terre et bien installées dans le coffrage.

Pour vous aider à comprendre, je vais vous expliquer en toute simplicité.

adhérence : est le mot clé du béton armé. L’adhérence est le moyen de transfert d’efforts entre le béton et l’acier.

Comment améliore-t-on cette adhérence ?

En utilisant des aciers à relief HA (haute adhérence). En veillant à la propreté des armatures. Pas de terre, d’huile, de graisse, ni de plaques de rouille. En respectant les recouvrements.

PS : Le recouvrement des aciers en barres droites est de 40 à 50 fois le diamètre des barres. Pour le treillis soudé, le recouvrement dans le sens porteur est de 2,5 soudures, dans le sens non porteur 1,5 soudures.

On améliore encore l’adhérence :
1. En prenant soin de la mise en oeuvre, le béton ne doit pas être trop liquide (soupe) mais pas trop sec non plus, il doit être d’une consistance plastique.
2. En vibrant correctement le béton
3. En respectant les recouvrements. Si vous réalisez les recouvrements de 50 X le diamètre des barres à recouvrir vous ne vous tromperez pas.

L’enrobage : afin que l’adhérence soit parfaite, il est donc primordiale d’enrober correctement les aciers dans le moule. L’enrobage concerne la distance entre les aciers et les parois coffrantes, mais également la distance entre les barres. En règle générale, cet enrobage est de 2,5 cm en milieu sain exposé aux intempéries et condensations normales.

Le positionnement des aciers : dans une construction, il y a plusieurs contraintes, c’est le bon positionnement et l’adhérence parfaite du ferraillage. qui résorbe les efforts de traction, flexion. Sans ces deux conditions, le béton se déformerait (fissures importantes) puis se briserait. Dans les zones tendues du béton, il existe tout de même des fissures. Celles-ci ne sont pas nuisibles tant qu’elles ne dépassent pas l’ épaisseur de 1/10 mm. D’où l’importance de l’enrobage.

Conclusion : le béton résiste très bien à la compression mais mal à la traction ou extension. Les aciers viendront donc renforcer les zones tendues. Les cadres et épingles éviteront le flambage et leur rapprochement vers les appuis éviteront le cisaillement. Afin de toujours respecter le bon positionnement des aciers, on utilisera des écarteurs de nappes. Pour respecter l’enrobage on utilisera des cales d’enrobage.

Le parasismique :
Il existe 4 zones : zone non sismique 0, zone sismique 1A, 1B et 2. Le ferraillage sera différent suivant la zone habitée. Demandez un devis complet pour chaque projet de maison individuelle.


Guide de Maçonnerie, en TÉLÉCHARGEMENT
Cours de Maçonnerie, CAP, BP et BAC PRO, en TÉLÉCHARGEMENT
Le Guide de la Maçonnerie DELUXE