Généralités

Claude PRECHEUR

Le béton armé

  • Le béton armé, dénommé B.A est l’association de deux matériaux.
    — Le béton
    — Les aciers

L’association de ces 2 matériaux est possible car ils ont à peu près le même taux de dilatation. La dilatation c’est la différence de longueur que subit un matériau sous l’effet du chaud ou du froid.

But visé par cette association

Le béton armé permet aux ouvrages de supporter des charges plus importantes et de résister aux efforts variés que les bétons ordinaires ne supporteraient pas.

Les bétons simples résistent très bien à la compression mais très mal aux efforts de traction ou d’extension.

L’acier, quant à lui, est doué d’élasticité et peut supporter et résister aux efforts de traction ou d’extension.



Pour que cette union soit parfaite, trois critères doivent obligatoirement être respectés : l’adhérence, l’enrobase etla position des aciers.

L’adhérence

Il s’agit du phénomène dû à l’action provoqué par le serrage du béton qui comprime, enrobe les aciers. Mais aussi de la réaction chimique lors de la prise du béton au contact des oxydes de fer qui forme un oxyde salin qui protège les aciers de la corrosion. On constate en démolissant un élément de béton armé que l’acier est propre, net sans trace de rouille.



Adhérence est le mot clé du béton armé
L’adhérence est le moyen de transfert d’efforts entre le béton et l’acier.
Comment améliore-t-on cette adhérence ?
En utilisant des aciers à relief HA (haute adhérence)



En veillant à la propreté des armatures. Pas de terre, d’huile, de graisse, ni de plaques de rouille.

L’enrobase

Afin que l’adhérence soit parfaite, il est donc primordial d’enrober correctement les aciers dans le moule. L’enrobage concerne la distance entre les aciers et les parois coffrantes, mais également la distance entre les barres.

En règle générale, cet enrobage est de 3 cm en milieu sain exposé aux intempéries et condensations normales.
NOTA : Cette distance d’enrobage est indiquée sur les plans

L’enrobage peut être moins important dans les locaux couverts non exposés au minimum 1 cm.

  • Mais il sera de 3 cm en milieu urbain.
  • 4 cm dans les milieux humides comme les fondations.
  • 5 cm au bord de mer et dans les milieux agressifs. Dans ce cas, le dosage sera alors renforcé à 400 kg / m3 au minimum et on utilisera un ciment adéquat.

Le positionnement des aciers

Dans une construction, il y a plusieurs contraintes, c’est le bon positionnement et l’adhérence parfaite du ferraillage qui résorbe les efforts de traction, flexion. Sans ces deux conditions, le béton se déformerait (fissures importantes) puis se briserait. Dans les zones tendues du béton, Il existe tout de même des fissures. Celles-ci ne sont pas nuisibles tant qu’elles ne dépassent pas l’épaisseur de 1/10 mm. D’où l’importance de l’enrobage.

Conclusion

Le béton résiste très bien à la compression mais mal à la traction ou extension. Les aciers viendront donc renforcer les zones tendues. Les cadres et épingles éviteront le flambage et leur rapprochement vers les appuis éviteront le cisaillement. Afin de toujours respecter le bon positionnement des aciers, on utilisera des écarteurs de nappes. Pour respecter l’enrobage on utilisera des cales d’enrobage.

Cliquez ici pour une petite évaluation