Essais et classification du béton



Béton Hautes Performances (BHP)

finition :
Béton caractérisé par une résistance en compression supérieure à 60 MPa et par une faible porosité de leur matrice, ce qui augmente fortement la durabilité.
Béton hyper fluide à l’état frais, il permet une grande facilité de mise en oeuvre et une amélioration des performances structurelles, due notamment à la présence de fumées de silice.

Adjuvants les plus utilisés :

  • Superplastifiants
  • Fibres

Béton Ultra Hautes Performances (BUHP)

Il se caractérise par des résistances élevées, allant en compression de 130 à 200 MPa et en flexion de 30 à 45 MPa (si ajout de fibres métalliques), et par sa ductilité. L’obtention de ces résistances est liée à une rédaction très importante de la quantité d’eau (rapport E/C). Ce béton a une consistance hyper fluide qui permet un remplissage aisé des coffrages. Il a des propriétés de durabilité exceptionnelles en matière de résistance au gel et au dégel, aux sels de déverglaçage, à la carbonatation et à l’abrasion

Adjuvants les plus utilisés : superplastifiants et fibres structurelles.

Béton Autoplaçant (BAP) Vertical et Horizontal

BAP vertical
Avantages - Valeur ajoutée

  • Mise en oeuvre plus rapide et plus économique.
  • Mise en oeuvre optimisée.
  • Sécurité accrue.
  • Nuisances sonores réduites.
  • Meilleure durée de vie des coffrages.
  • Amélioration de la qualité des bétons (enrobage des aciers, parement, compacité, durabilité).

"Sans les adjuvants, un tel résultat n’aurait pas été possible."


Béton autoplaçant horizontal

Avantages et valeur ajoutée

  • Mise en oeuvre plus rapide et plus économique.
  • Meilleure planéité et finition.
  • Sécurité accrue.
  • Amélioration de la qualité des bétons.

Béton Fibré

Définition
Béton renforcé de fibres (métalliques et/ou synthétiques) qui permet de limiter la fissuration des ouvrages (sur béton frais et béton durci) et d’améliorer la tenue au feu des bétons (micro-fibres).

L’apparition des fibres polypropylènes dans les bétons date du milieu des années 80 leur développement depuis les années 90 en font aujourd’hui une solution reconnue pour maîtriser le retrait plastique des bétons et donc limiter le risque de fissuration durant les premières heures.
Ces microfibres ont des longueurs généralement comprises entre 6 et 20 mm. Les études ont démontré que le dosage de 900 g/m3 permet dans certains cas, de remplacer les treillis anti-fissuration dans les chapes et les bétons.



Aujourd’hui, ces microfibres synthétiques se divisent en deux catégories : les mono-filamantaires et les fibrillées. Elles améliorent la résistance des ouvrages au feu, à l’abrasion, aux chocs (surface, joints et arêtes), aux cycles gel-dégel et leur durabilité en milieu agressif.
Domaines d’applications : Il est particulièrement utilisé dans les dallages industriels, bétons désactivés et dans les éléments préfabriqués.

XO : Aucun risque de corrosion ni d’attaque,
XC : Corrosion induite par carbonatation,
XD  : Corrosion induite par les chlorures, ayant une origine autre que marine,
XS : Corrosion induite par les chlorures présents dans l’eau de mer,
XF : sans agent de déverglaçage,
XA : Attaque chimique.



Pour les bétons ne subissant aucune agression, non armés ou faiblement armés et avec un enrobage d’au moins 5 cm : XO.

Courbe granulométrique

Exemples d’application, Cas d’un béton fin D = 12,5 mm

  • On désire :
    — Un béton mou (affaissement 10 cm)
    — Une résistance moyenne : 20 MPa (environ).
    — On suppose que les granulats sont « mouillés ».
  • D’après l’abaque, On trouve :
    — Eau (sur granulats mouillés) : 80 l (environ).
    — Ciment (classe 32.5) : 300 kg/m3.
    — Sable 0/5 mm : 625 l.
    — Gravillons 5/12,5 mm : 705 l.


Exemples d’application, cas d’un béton D = 16 mm

  • On désire :
    — un béton plastique (affaissement 6 cm) ;
    — Une résistance moyenne : 30 MPa (environ).
    — On suppose que les granulats sont « mouillés ».
  • D’après l’abaque, on trouve :
    — Eau (sur granulats mouillés) : 72 l (environ).
    — Ciment (classe 32.5) : 380 kg/m3.
    — Sable 0/5 mm : 575 l.
    — Gravillons 5/16 mm : 745 l.


Cas d’un béton normal D =20 mm

  • On désire :
    — un béton très plastique (affaissement 11 cm)
    — une résistance élevée : 35 MPa (environ)
    — On suppose que les granulats sont simplement « humides »
  • D’après l’abaque n° 2, on trouve :
    — Eau (sur granulats humides) : 105 l (environ).
    — Ciment (classe 32.5) : 400 kg/m3’ + adjuvant.
    — Sable 0/5 mm : 435 l.
    — Gravier 5/25 mm : 795 l