Isolation par l’extérieur

Claude PRECHEUR

Traitement des Ponts Thermiques

Le placement de l’isolant du côté extérieur de la maçonnerie réduit très fortement les variations de température au sein de la maçonnerie. Elles restent très proches des températures intérieures relativement constantes par rapport aux températures extérieures. Ce qui supprime pratiquement les risques de fissurations d’origine thermique de la maçonnerie tant l’hiver que l’été.

Par contre, vu la position de l’isolant et la faible inertie thermique de l’enduit extérieur, ou du parement, celui-ci peut être soumis à des écarts de température allant jusqu’à plus de 50°C . Un soin particulier devra être apporté à cette finition.

Analyse état des lieux et points de vérification avant d’envisager l’isolation par l’extérieur :

  • Nature des parois et états : fissuration, décollement d’enduit, etc.
  • Présence de ventilation (grilles, sortie de chaudière ventouse etc.)
  • Sous bassement des baies vitrées et portes fenêtres
  • Remontées capillaires, infiltrations
  • Volets battants et fixations, nature des fixations des fermetures et des protections solaires.
  • Avant toit, débord de toit, descente d’eau pluviale, regard, appuis de fenêtres, balcons, rampes et rambardes etc.

Une attention particulière pour les éléments suivants : Traitements techniques de quelques points singuliers exemples, extension bouche de ventilation, fixation gonds dans isolation haute densité, traitement des acrotères et débords, modénatures traitées avec profil isolant, coffres de volets roulants, jonction partie horizontale avec parois verticales etc.

A respecter : Cahier de Prescriptions Techniques n°3035 paru en Avril 1998 « Systèmes d’isolation thermique extérieure avec enduit mince sur polystyrène expansé. »


Isolant collé ou fixé mécaniquement à l’aide de profilés ou de fixations traversantes sur la paroi et revêtu d’un enduit :

  • Enduit mince à base de liant de synthèse armé d’un treillis d’armature en fibre de verre plus enduit de finition.
  • Enduit hydraulique plus épais armé d’un treillis métallique plus enduit de finition.

Systèmes cales chevillés

  • Analyse du support préalable : 1 cm maxi de tolérance pour la planéité avec une règle de 20 cm.
  • Chevilles de fixation + calage (collage) des panneaux
  • Application : rénovation supports nus ou revêtus pouvant présenter des irrégularités de surface.

Systèmes profilés

  • Analyse du support préalable : 0,5 cm maxi de tolérance pour la planéité avec une règle de 20 cm.
  • Profilés de maintien (rails) verticaux et horizontaux à la périphérie des panneaux plus profilés de jonction (raidisseurs).
  • Application : rénovation supports nus ou revêtus à faible irrégularité.

Attention ! il y a pont thermique en parties enterrées, un isolant XPS contre la paroi puis le drainage contre cet isolant.

ITE avec bardage ventilé

Un bardage est constitué d’un isolant, d’une structure porteuse faisant lame d’air et d’un parement assurant la protection de l’isolant et l’esthétique de l’ouvrage.

La mise en oeuvre des éléments s’opère par pose de l’isolant et de la structure porteuse, puis des plaques de parement avec un système de fixation propre à chaque parement. Les fixations peuvent être visibles ou invisibles selon le choix architectural.


A respecter :

  • Pour le système de fixation avec ossature bois : Cahier de Prescriptions Techniques du CSTB n°3316 paru en Février 2001 « Ossature bois et isolation thermique des bardages rapportés faisant l’objet d’un Avis Technique ou d’un constat de Traditionalité ».
  • Pour le système de fixation avec ossature métallique : Cahier de prescriptions Techniques du CSTB n°3194 paru en Février 2000 « Ossature métallique et isolation thermique des bardages rapportés faisant l’objet d’un Avis Technique ou d’un Constatde Traditionalité ».
  • Pour les bardages, sous Avis Techniques, peuvent être : bois, métal, plaque en fibre ciment, ardoise, dalle de pierre naturelle ou reconstituée, brique de parement, panneau de verre, photovoltaïque, élément de mur végétalisé, vitrage clair ou émaillé, …

Dans tous les cas ATTENTION à l’assurance vis-à-vis de l’existence ou non de documents d’évaluation émis par le CSTB, organisme d’agrément désigné par l’Etat.

Retour d’isolant d’une épaisseur au moins égale à 3 cm dans la partie la plus faible. Attention aux traitements des linteaux et des appuis, ainsi que des tableaux et encadrements. Vérifier durant la phase audit les différents empêchements techniques qui pourraient affecter les baies vitrées et leurs dimensions.